Contenu de l'enquête

L’enquête comprend un volet quantitatif sous la forme d’un questionnaire en ligne adressé à l’ensemble des étudiant.e.s et des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche. Celui-ci sera suivi d’un volet qualitatif, sous la forme d’entretiens semi-directifs (en face à face ou par téléphone), permettant d’approfondir divers aspects que recouvrent les situations de discriminations vécues. Les entretiens seront menés exclusivement auprès de personnes volontaires, ayant répondu au questionnaire et ayant accepté à la fin de celui-ci de laisser leurs coordonnées, afin de pouvoir être contactées par des chercheur.e.s.

Les différences de traitement et les discriminations sont abordées de façon directe, en demandant aux enquêtés quelles ont été leurs expériences de tels traitements, et en les invitant à revenir durant l’enquête sur ces expériences vécues. Elles sont également abordées de façon indirecte, en comparant la situation des enquêté.e.s à celle de personnes ayant des profils sociodémographiques (sexe, origines, âge, milieu social des parents, …) et des statuts (position au sein des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche) différents. Les expériences des inégalités et discriminations seront ainsi explorées des points de vue à la fois subjectif et objectif.

Les données collectées feront l’objet de traitements statistiques sur une base anonymisée à l’aide des logiciels PSPP et R (analyses uni et multivariées par régressions), pour la phase quantitative, et sur le logiciel MAXQDA (analyse de contenu thématique) concernant les données de la phase qualitative par entretiens.

Volet quantitatif

 

Le questionnaire recueille des informations de type objectif (faits et contexte de situations de traitements inégalitaires et de discriminations, recours engagés) et d’autres de type subjectif (interprétations, réactions face aux situations vécues ou observées ; perception du climat de travail et d’étude). Il saisit également des informations contextuelles caractérisant les situations rapportées.

Il comporte plusieurs modules thématiques que les personnes enquêtées pourront saisir pour parler des inégalités de traitement auxquelles elles ont pu être confronté.e.s en raison de leur sexe, leurs origines ethniques, migratoires ou culturelles, leur religion, leur orientation sexuelle, leur santé ou handicap, ou bien encore de leurs opinions politiques ou de leur engagement syndical.

Structure du questionnaire et de ses modules

  1. Information et formulaire de consentement
  2. Bloc de questions sur une première série de données personnelles
    1. Statut à l’université, âge, sexe, niveau d’études et de qualification ; catégorie de personnel ; autres données socioprofessionnelles et sociodémographiques.
    2. Questions sur le sentiment de reconnaissance et la participation à l’environnement d’étude et de travail.
  3. Questions sur l’expérience ou non d’inégalités de traitement et de discriminations
    1. Types d’inégalités de traitement : attitudes et remarques dévalorisantes (micro-agressions) ; discriminations ; insultes et injures ; pressions et violences sexuelles ; menaces et violences physiques.
    2. Motifs de ces traitements inégalitaires : genre, origine ethnoraciale, orientation sexuelle et identité de genre, classe sociale , santé et handicap, opinions politiques.
  4. Ouverture possibles de modules plus détaillés si des traitements inégalitaires ont été déclarés
    1. L’enquêté.e est alors interrogé.e sur la situation vécue la plus marquante: formes et contexte de cette situation, période, caractéristiques des auteurs, lieux, témoins, ressentis et réactions de la personne.
  5. Incidence de ces traitements inégalitaires (sur le rapport à soi, sur les études et la carrière) ; recours aux dispositifs/plaintes, et résultats de ces démarches.
  6. Bloc complémentaire de données personnelles
    1. dont des questions « sensibles » sur l’origine, la religion, l’identité de genre, etc.
    2. autorisation pour un entretien qualitatif
    3. liste d’associations et d’instances locales et nationales à contacter en cas de discriminations et violences

Volet qualitatif


A la fin du questionnaire, il est demandé à l'enquêté.e l'autorisation de le/la contacter pour un entretien. Les enquêté.e.s volontaires seront contacté.e.s dans le cadre de cinq projets thématiques pressentis.
  1. Le premier consisterait à étudier de façon plus approfondie que dans le questionnaire la situation des personnes déclarant avoir subi des micro-agression(s) à raison d’un ou plusieurs motifs discriminatoires. Il s’agit de voir si nos modes de questionnement couvrent correctement la panoplie de ces formes de comportements.
  2. Pour le second projet, le choix des enquêté.es s’établirait sur le fait d’avoir déclaré à son établissement une situation décrite dans le questionnaire comme discriminatoire (insultes, mise à l’écart, violence, etc.) et pour partie des enquêté.e.s, d’avoir pour les uns alerté leur hiérarchie, pour l’autre de n’avoir fait aucun signalement, afin d’étudier le traitement administratif de ces situations et aussi les raisons du silence de certaines victimes.
  3. Un troisième projet étudierait les formes de racisme vécues par les personnes d’une origine donnée, en l’occurrence les étudiant.e.s d’origine asiatique, sélectionnées sur le fait d’être immigré ou enfant d’immigré du continent asiatique.
  4. Le quatrième concernerait les étudiants se destinant au métier d’enseignant, ayant pour les uns eux-mêmes subi des discriminations et pour les autres n’en ayant pas subi, pour identifier comment l’expérience personnelle des discriminations influe ensuite sur la manière de gérer ce type de situation dans l’exercice de leur futur métier.
  5. Le cinquième projet concerne les personnes en situation de handicap et la prise en compte de leurs conditions de travail ou d’études. Il s’agit de personnes peu nombreuses et difficile à repérer. L’enquête quantitative fonctionne ici comme une méthode de screening pour entrer en contact avec elles.

Mis à jour le 19 mars 2021